Votez pour #ODM - Janvier 2018

 

Chaque mois, les musées de Dijon mettent en lumière une œuvre de leurs collections... une occasion unique de la découvrir dans les moindres détails. Cette saison, vous pouvez participer au choix de cette œuvre en élisant celle que vous souhaiterez voir présentée.

Pour cette œuvre du mois de janvier 2018, vous pouvez choisir entre trois œuvres issues des collections du musée des Beaux-Arts. Les votes sont ouverts jusqu'au 04 décembre. Les résultats seront disponibles à partir du 05 décembre.

 

Découvrez les trois œuvres ci-dessous et utilisez le formulaire ci-joint pour voter : http://urlz.fr/6c7v

 

Proposition 1

Entrée des animaux dans l'arche

Atelier de Jacopo Bassano , v. 1570 
   
Au cours de la Renaissance italienne, malgré les guerres de religion, les peintres continuent de produire des œuvres religieuses. Souhaitant ancrer davantage ces sujets dans un univers quotidien, le sujet biblique de l'arche de Noé est, ici, traité à l'image d'une cour de ferme. La famille de Noé, tels des paysans en costume du XVIe siècle, s'active autour des animaux, pour la plupart domestiques.

©DMP / François Jay

Proposition 2

Triptyque de l'Adoration des Mages

Vers 1530

Anvers est un centre de production artistique très actif au XVIe siècle. Les triptyques, à l'image de celui-ci, illustrent en détail et d'une manière sensible des scènes de l'histoire sainte, ainsi transmissibles à tous les niveaux de la société. Sur ces trois panneaux sont peintes, dans d'antiques architectures de pierre, la Nativité, l'Adoration des Mages et la Circoncision.

© DMP

Proposition 3

La Décollation de saint Jean-Baptiste et Salomé présentant à Hérode la tête de saint Jean-Baptiste

vers 1520

 

Au XVIe siècle, l'Allemagne du Sud s'est inspirée des retables flamands en privilégiant des scènes en relief. Ces deux panneaux sculptés en tilleul présentent : la décapitation de saint Jean-Baptiste par un homme d'armes patibulaire somptueusement paré et Salomé apportant, à la table du festin du roi et de la reine, sur un plat, la tête décapitée.

 


© DMP / François Perrodin