Musée des Beaux-Arts

La Vierge et l'Enfant

Ce triptyque constitué d'un panneau central et de deux volets, est un petit retable portatif destiné à la dévotion privée. La scène centrale présente la Vierge assise tenant l'Enfant, entourée de saints et d'anges. Le culte marial, très répandu en Italie dès le XIVe siècle, se traduit par une grande variété des représentations de la Vierge Marie en tant que Mère de Dieu. Elle est ici entourée de quatre anges à longue robe bleue, dont les ailes épousent le cintre de l'encadrement ; ils tiennent un drap d'honneur au-dessus de sa tête. Sainte Claire d'Assise, à gauche, et sainte Marie Madeleine, à droite, vêtue de rouge et tenant un pot à parfum, sont représentées de part et d'autre de la Vierge à l'Enfant. Enfin, au dessous, apparaissent en pied saint Pierre, vieillard barbu et tonsuré présentant une grande clé d'or, et saint Jean Baptiste vêtu d'une peau de chameau, tenant un phylactère inscrit et désignant de la main droite, pouce levé, le Christ enfant. Le texte du phylactère, « EGO VOX CLAMANS IN DESERTO », est tiré d'une prophétie d'Isaïe (Isaïe XL-3) reprise dans les évangiles : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert. Rendez droit le chemin du Seigneur Jésus-Christ. » (Jean I-23).

 

© musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

 

Cette reprise des paroles d'Isaïe et le geste de saint Jean replacent ce dernier dans la lignée des prophètes et mettent en exergue son rôle d'annonciateur du Sauveur. Les panneaux latéraux présentent trois scènes : l'Annonciation, dont les deux protagonistes, l'archange Gabriel et la Vierge Marie, sont placés dans la partie supérieure des deux volets ; à gauche, on reconnaît saint Christophe portant le Christ sur ses épaules pour traverser un cours d'eau ; enfin, la Crucifixion sur le registre inférieur du volet droit.

Si l'ensemble de la composition renvoie à une tradition byzantine (raideur des figures, visages dépourvus d'expression, utilisation d'un fond d'or), ce petit retable révèle aussi quelques innovations plastiques comme l'introduction - certes encore timide - de la perspective ou la représentation réaliste du paysage, sur le volet de gauche.

 

 

 

 

 

 

 

Infos pratiques

Atelier de Pietro Lorenzetti

(Actif à Sienne, documenté à partir de 1306, mort vers 1348)

La Vierge et l'Enfant entourés de quatre anges, deux saintes, saint Pierre et saint Jean Baptiste

Vers 1340

Huile sur bois

H. 44 cm sur L. 25 cm

Legs Henri et Sophie Grangier, 1905

Inv. G 1