Musée des Beaux-Arts

Salière

Parmi la centaine d’objets d’Afrique conservés par le musée des Beaux-Arts, cette salière en forme de coupe couverte est sans nulle doute l'ouvrage le plus ancien et le plus rare.

 

Commandée au tout début du XVIe siècle auprès d'artistes de la Sierra Leone, cette pièce d’ivoire était destinée aux collections princières d'Europe, venant orner les tables des cours de la Renaissance. Le petit personnage en haut du couvercle est probablement un ajout du XVIIe siècle, signe de la présence précoce de l'objet en Europe.

 

Cette salière est un exemple précieux de ces objets d'ostentation rapportés par les navigateurs portugais qui avaient ouvert la voie océanique vers l'Afrique subsaharienne. Dès la fin du XVe siècle, les ivoires sculptés étaient en effet acheminés dans les coffres des caravelles portugaises. Armateurs et commerçants avaient rapidement compris qu'ils pouvaient passer commande aux artistes locaux virtuoses. Certains capitaines débarquaient même sur le continent africain avec des modèles. Cette production destinée à l'exportation est ainsi qualifiée « d’afro-portugaise », dite « sapi-portugaise » pour la Sierra Leone.

 

Par l'histoire de leur production et leurs qualités formelles ou techniques­, ces ivoires sont à la croisée de deux mondes. Ils sont le fruit de la rencontre de traditions plastiques éloignées, d'imaginaires étrangers l’un à l’autre, dans le contexte de réseaux d'échanges qui tendent à se globaliser.

 

© musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

 

D'inspiration européenne par sa forme de coupe sur pied, la salière repose sur des colonnes torsadées alternant avec quatre personnages masculins. Hybrides en quelque sorte, ces hommes montrent des traits africains tout en étant vêtus de costumes occidentaux. On peut imaginer que les artistes des côtes africaines projetaient ainsi l’image qu’ils se faisaient des Européens. Inversement, les destinataires occidentaux identifiaient ces mêmes personnages à des Africains. De part et d’autre, chacun élabore son imaginaire de l’Autre…

 

Infos pratiques

Salière

Sierra Leone

Début du XVIe siècle

Ivoire

H. 34,8 cm ; D. 12 cm.

Legs Henri et Sophie Grangier, 1905

Inv. G 471