Réinterprétons les œuvres du musée des Beaux-Arts !

 

Un concours pour les élèves des collèges Bachelard et Malraux

 

À l'image du challenge national « Réinterprétez les œuvres des collections françaises » #artenquarantaine, les élèves des collèges Bachelard et Malraux se sont prêtés au jeu des créations photographiques avec à l'issu, la publication numérique des meilleures réalisations. L'idée a été imaginée par Fabienne Adenis et Camille Amzallag, professeurs d'arts plastiques, qui ont mis au défi plus de 600 collégiens durant le confinement.

Le principe était de choisir une œuvre issue des collections du musée des Beaux-Arts de Dijon puis de la réinterpréter, en utilisant des matériaux divers et variés que l'on peut trouver à la maison. Une façon ludique et inventive de se glisser dans la peau d'un artiste et de proposer une version personnelle et inventive des

œuvres !

 

Découvrez ici les 10 meilleures réinterprétations sélectionnées par les équipes des musées pour la qualité, l'originalité et la créativité des réalisations.

Un immense bravo à tous les élèves !

 

 

 

  

   Anonyme français, Portrait de femme en Diane, XVIIIe siècle. Eva 3e2

 

 

 

 

 

 

 

   Anonyme français, Portrait de femme, XVIIe siècle Clement 3e

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

   François DESPORTES, Nature morte aux figues, 1735.    Achille 3eD

 

 

 

 

 

 

 

     Jan MEIJER, Urbino, 1980. Pauline 3e6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicolas de STAEL, les footballers, 1954. Eva 6e6

© musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

© Jérôme de Staël © ADAGP, Paris 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

   Nicolas FÉTU, Trois hommes poursuivant à la nage une femme dont la traîne se mêle au flot, XIXe siècle.Timothée 3eC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

   Paul KALLOS, Paysage, 1978. Rose 6e2

   © musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

   © ADAGP, Paris 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre TAL-COAT, Nature morte au crâne, 1937.   Samy 4e6

© musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

© ADAGP, Paris 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Vera PAGAVA, La branche d'olivier, 1959. Nola  4e1

     © musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

     © Association Vera Pagava

 

 

 

 

 

 

  

    Vera PAGAVA, Rivage, 1966.  Carla 6e5

    © musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

    © Association Vera Pagava