Musée des Beaux-Arts

Plafond à la gloire du prince de Condé, gouverneur de Bourgogne

 

En 1786, les États de Bourgogne choisirent Pierre-Paul Prud'hon pour réaliser l'immense toile décorative qui devait orner le plafond de la salle des Statues du premier musée de Dijon. Élève de l’École de dessin et lauréat du prix de Rome depuis 1784, Prud'hon avait déjà effectué son séjour de quatre années dans la capitale italienne. Cette commande à la gloire de la Bourgogne conciliait ainsi la vocation du musée à présenter les œuvres des bénéficiaires du prix institué par les États de Bourgogne depuis 1776 et les exigences de la célébration politique des gouverneurs de la province, les princes de Condé. A l'instar du prix parisien de l'Académie royale de peinture et de sculpture, le prix de Dijon permettait en effet aux élèves peintres et sculpteurs de parfaire leur formation à Rome. En échange, les lauréats devaient envoyer chaque année une œuvre à Dijon, la troisième année de leur séjour étant dévolue à la copie d'une œuvre plus ancienne, une sculpture antique pour les sculpteurs ou une peinture d'après un grand maître italien pour les peintres. Prud'hon avait ainsi espéré avoir le choix de son modèle, mais les États de Bourgogne lui imposèrent la copie du plafond baroque de Pierre de Cortone, le Triomphe de la Divine Providence, peint entre 1636 et 1639 au palais Barberini. Côtoyant les représentants du néoclassicisme à Rome, Prud'hon ne cacha pas sa déception et qualifia la fresque baroque de « machine à fracas ». Il proposa néanmoins une adaptation assez libre de son modèle, en ne retenant que la partie centrale de la composition de Pierre de Cortone, et transforma la célébration du pontificat d'Urbain VIII en une glorification de la Bourgogne. Reconnaissable à l'écu sur lequel elle s'appuie, la Bourgogne personnifiée est drapée dans un manteau fleurdelisé et désigne au-dessous d'elle les armes des Condé, composées des trois fleurs de lys et de la brisure de bâtardise. Dominant le Temps qui dévore ses enfants et les Parques filant, la Bourgogne est entourée de plusieurs allégories aisément identifiables : à gauche, la Peinture bâillonnée et la Sculpture croisant les bras sur un buste aux traits de l'artiste ; à droite, la Prudence tenant un miroir, puis la Justice et sa balance. Dans la partie gauche, l'Immortalité élève un cercle d'or. Enfin, au sommet de la toile, on retrouve trois figures féminines qui maintiennent les branches de laurier encadrant les armoiries, et deux figures ailées, la Renommée et la Victoire. Prud'hon mettra un peu plus d'un an pour réaliser cette œuvre, envoyée à Dijon en avril 1787.

(c) musée des Beaux-Arts/François Jay 

Infos pratiques

Pierre-Paul Prud'hon

(Cluny, 1758 –Paris, 1823)

Plafond à la gloire du prince de Condé, gouverneur de Bourgogne

1786 - 1787

Huile sur toile

H. 812 cm ; L. 408 cm

Saisie révolutionnaire, Museum de Dijon, 1787

Inv. CA 430