Musée des Beaux-Arts

Nature morte au soleil rouge

 

Louis Marcoussis, de son vrai nom Ludwig Casimir Ladislas Markus, quitte sa Pologne natale pour Paris en 1903, à l’âge de vingt-cinq ans. Il y poursuit ses études artistiques à l’Académie Julian, dans l’atelier de Jules Lefebvre, au côté de Roger de La Fresnaye. Bien qu’il expose pour la première fois au fameux Salon d’automne en 1905, Marcoussis décide d’abandonner la peinture deux ans plus tard mais continue de côtoyer les cafés et les milieux artistiques de Montmartre et Montparnasse, où il fait la connaissance notamment de Pablo Picasso et Georges Braque, une rencontre qui se révèle décisive pour la suite de sa carrière.

 

© musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

 

En 1910, il reprend la peinture et décide de se tourner vers le cubisme, délaissant ainsi le style impressionniste de ses débuts. Bien que plus tardive, Nature morte au soleil rouge, peinte en 1930, contient certains éléments constitutifs de ce mouvement développé par Picasso et Braque en 1907. En effet, la composition est purement géométrique et s’attache à montrer toutes les facettes des objets, abandonnant ainsi toute représentation ou perspective réalistes. L’accent est mis sur la nature morte au centre de la toile, notamment la table sur laquelle sont posés de nombreux objets. Parmi ceux-ci, on retrouve des cartes à jouer, des pichets, des verres et un instrument à cordes, autant d’éléments caractéristiques des toiles cubistes de l’époque.

 

Le titre de l’œuvre fait référence aux teintes utilisées par l’artiste, qui confèrent à la toile une atmosphère chaleureuse et intimiste, bien que la porte ouverte semble élargir l’espace vers l’extérieur. À l’instar d’autres peintres de ce mouvement, l’artiste s’amuse à explorer différents camaïeux de rouge et de brun, jouant ainsi avec la superposition de nuances de couleurs et de plans.

 

Outre la peinture, Marcoussis pratique la gravure à partir des années 1930 et devient le premier graveur cubiste reconnu au sein du mouvement. Maîtrisant parfaitement les techniques de l’aquatinte, de l’eau forte et de la pointe sèche, il crée de nombreuses illustrations pour Tristan Tzara, Gérard de Nerval et Guillaume Apollinaire.

 

 

 

 

 

1.

Infos pratiques

Louis Marcoussis

(Varsovie, 1878 - Cusset, 1941)

Nature morte au soleil rouge 1930

Huile sur toile

H. 81 cm ; L. 100 cm

Donation Granville, 1969

Inv. DG 178