Musée des Beaux-Arts

Faucheur

Henri Bouchard naît à Dijon en 1875 dans une famille d’artisans. Son père, menuisier, l’emmène au musée de la ville où il découvre les grands maîtres de la sculpture bourguignonne, Claus Sluter et François Rude qui marqueront son œuvre.

D’abord formé à Dijon, il intègre l’École des beaux-arts à Paris grâce à une bourse. En 1901 il obtient la plus haute récompense, le Grand Prix de Rome qui lui permet de séjourner en Italie. Là où les artistes copient les modèles antiques, Bouchard s’intéresse aux carriers et aux paysans de la campagne romaine. Ce sont eux qui lui inspirent son monumental Faucheur, envoi de Rome exigé chaque année des pensionnaires de la Villa Médicis. L’Académie est déconcertée par le réalisme de l’œuvre qui l’éloigne, selon le jury, de la « beauté de la forme ». Ce pantalon dissimule les jambes ; le modèle aurait gagné à être nu. Mais l’artiste préfère l’observation vivante d’un homme au travail sans prétexte mythologique. « Le rythme m’intéresse plus que la représentation d’un muscle et surtout l’expression de ce qu’il y a d’humanité humble et inquiète dans les paysans, les ouvriers, les pêcheurs que je sculpte. »

La nature qu’il observe sur le vif, comme en témoignent ses croquis, sera son inspiratrice tout au long de ses soixante ans de carrière.

Installé à Paris après son retour de Rome, Bouchard reste attaché à ses origines et à sa région natale. Il continue à puiser dans son environnement familier pour évoquer les travailleurs bourguignons : la faneuse dont la fourche plie sous le poids du foin, l’homme et son cheval, le piocheur, le moissonneur, le vendangeur. Autant d’hommes et de femmes dont on sent l’effort ou la fatigue, saisis dans la réalité des gestes, des habits, des outils. Tout est justement montré sans sacrifier le langage de la sculpture : la monumentalité, la recherche de plans larges « tenant ou faisant courir la lumière ».

À la suite de Dalou ou du Belge Constantin Meunier, Bouchard représente le monde du travail mais sans apitoiement ni intention politique.

(c) musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

Infos pratiques

Henri Bouchard

(Dijon, 1875 - Paris, 1960)

Faucheur

1904

Bronze

H. 180 cm ; L. 74 cm 

Pr. 69 cm

Don de Mme Bouchard, 1968

Inv. 4825