Musée des Beaux-Arts

Crosse dite crosse de saint Robert de Molesme

 

La crosse de Robert de Molesme (vers 1024-1110) est présente au musée depuis 1799. Saisie en 1791 dans le trésor de l'abbaye de Cîteaux, elle échappe à la fonte, qui a causé la disparition de tant de pièces d'orfèvrerie, en raison de sa valeur historique : elle passe en effet pour avoir appartenu à celui qui fonda la célèbre abbaye en 1098. Rien ne permet néanmoins de vérifier l'exactitude de cette tradition. Si l'objet figure bien sur l'inventaire du trésor de Cîteaux en 1689, on n'en connaît aucune mention antérieure. Par ailleurs, son complexe travail de filigrane, relevé de deux cabochons rouge et violet n'a guère d'équivalent dans l'orfèvrerie française du XIe siècle. C'est à des pièces de tradition byzantine que la crosse peut être comparée : on a proposé de la rattacher à la production des orfèvres d'Amalfi du XIe siècle. Cette datation n'interdit pas de supposer que la crosse ait pu être remise à Robert par l'évêque de Chalon en 1098, pour marquer son autorité sur la communauté qu'il venait de fonder. Mais comment expliquer qu'un tel objet soit parvenu en Bourgogne, et qu'il ait été utilisé dans une communauté encore très modeste ? Le succès, dès le XIIe siècle, de l'ordre cistercien, qui essaima dans toute l'Europe et jusqu'à la Méditerranée, explique peut-être la présence d'une telle pièce dans le trésor de Cîteaux. L'examen de l'objet a montré qu'il n'est pas en or, comme de nombreuses pièces de trésors monastiques, mais en argent doré. Le décor ajouré est soudé sur des lames perforées du même métal, renforçant ainsi l'ensemble sans nuire à sa légèreté. A l'exception d'une collerette de feuilles travaillées au repoussé (addition postérieure, peut-être du XIIIe siècle), la crosse est entièrement ornée de filigranes, les uns en ruban, les autres de section circulaire. La douille dans laquelle s'enfonçait le bâton est à pans coupés ; de grandes rosaces décorent le nœud hémisphérique, tandis que la volute de l'extrémité, qui s'enroule autour d'une fleur, se termine par une tête d'animal stylisée.

(c)musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

 

Infos pratiques

Italie méridionale

Crosse dite crosse de saint Robert de Molesme

Fin XIe siècle – début XIIe siècle

Argent doré, décor de filigranes cabochons

d'améthyste et de grenat

H. 21,3 cm ; L. 8,5 cm

Saisie révolutionnaire, abbaye de Cîteaux 1791

entrée au musée en 1799

Inv. CA 1455