Musée des Beaux-Arts

Coupe de Venise

Cette pièce provient de la collection des époux Trimolet, que ces grands amateurs d’objets d’art ont léguée au musée des Beaux-Arts en 1878. Elle révèle tout le talent des artisans italiens de la Renaissance. Cette large coupe de cristal au bord légèrement évasé et ourlé présente un décor gravé d’écailles dorées ornées de points d’émail bleu, rouge et vert. Le pied, un peu trop haut par rapport aux proportions générales de l’objet, semble une réfection plus tardive. La forme et le décor sont caractéristiques de la production vénitienne. Depuis le xiiie siècle, servie par une tradition d’échanges commerciaux avec l’Orient méditerranéen, Venise est réputée pour la fabrication de verres qu’elle exporte dans toute l’Europe. Pour des raisons de sécurité – il faut éviter les incendies au centre de la ville –, les ateliers verriers sont implantés sur l’île de Murano, qui développe une spécialité dans ce domaine.

 

© musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

 

À partir du xve siècle, cette longue tradition du verre connaît un âge d’or à Venise : les maîtres verriers vénitiens mettent en effet au point une nouvelle composition à partir d’une sélection de matières très pures permettant de produire un verre d’une transparence jamais atteinte, le fameux cristallo, le verre cristallin. Ils réalisent des pièces en cristal translucide ou en verre bleu, ornées de motifs d’émail polychrome et de rehauts d’or. Les formes, très élaborées, s’inspirent de celles des pièces d’orfèvrerie que les verres viennent concurrencer dans les intérieurs de la Renaissance. Ces pièces de prestige, très appréciées et collectionnées par les plus grands amateurs, étaient exposées sur les dressoirs et les tables princières de toute l’Europe.

Infos pratiques

Anonyme vénitien

fin du XVe - début du XVIe siècle

Coupe

Cristal, rehauts dorés et peints, émail

H. 16 cm ; D. 27 cm

Legs Anthelme et Edma Trimolet, 1878

Inv. CA T 996